GC 11 : Aperçu de Rayman Origins

Article écrit par Thibault et corrigé par Tomboss le Sunday 21 August 2011 à 04:30

Le futur bébé de Michel Ancel, Rayman Origins, s’est laissé approché par la rédaction de PCTouch à l’occasion de la Gamescom. Notre avis sur ce premier contact.

Le célèbre héros sans membres, créé par Michel Ancel en 1993, qui s’était fait voler la vedette par de maléfiques lapins crétins, revient cette année sur le devant de la scène dans un épisode lui étant totalement consacré. Comme son nom l’indique, Rayman Origins est un véritable retour aux sources de la série avec un gameplay en 2D, riche, et exigeant.

Développé par une petite équipe au sein du studio Ubisoft Montpellier, utilisant le tout nouveau moteur d’Ubisoft,  l’UbiArt Framework, le titre de Michel Ancel impressionne tout d’abord par son univers graphique qui, dès le premier regard, nous invite à nous plonger dans le jeu.

L’univers graphique est enchanteur

D’une beauté à couper le souffle, Rayman Origins est une véritable réussite. À l’écran, on retrouve le style graphique de la série, souvent coloré, bourré de détails et profitant d’une direction artistique débridée, ultra soignée et doublée d’un style “à la main” charmant.

Niveau narratif, le retour aux sources est ici aussi assumé, puisque le jeu nous raconte l’histoire de la création de Rayman, et nous permet de comprendre les origines du monde dans lequel notre héros évolue. Ce monde, rêvé par le Bubble Dreamer, à l’origine du “Pays des rêves” se transforme bien souvent en terre d’angoisse, notamment lorsque notre rêveur se retrouve perturbé. C’est pour cela que Rayman a été créé par les Nymphes, pour faire régner l’ordre, et garantir l’intégrité du “Pays des rêves”.

httpvh://www.youtube.com/watch?v=KbzZemJY5rM

En ce qui concerne le gameplay, c’est encore une fois le même constat. Le jeu opère aussi sur cet aspect un retour aux fondements de la série, avec une prise en main précise et exigeante, qui ne laissera pas de place à l’erreur, notamment lors de scènes de course-poursuite ou de fuite. S’inspirant de Donkey Kong : Country Returns, la possibilité de passer d’un plan à un autre offre de nombreuses possibilités de gameplay, rendant moins “plat” et plus contemporain le gameplay 2D. On y retrouve des mécaniques typiques et quelques aptitudes bien connues du personnage, comme sa fameuse mèche de cheveux faisant office d’hélice, mais également d’une petite panoplie de coups, et la possibilité de nager et même de faire des bonds que même Flipper le dauphin lui envierait.

Les boss sont impressionnants

Introduisant la coopération à 4, le jeu peut rapidement devenir un joli désordre. Incarnant Rayman, Globox ou un Ptizêtre, le jeu prend alors une étrange allure avec un gameplay à plusieurs tout aussi coopératif que compétitif. En effet, les développeurs ont trouvé drôle de donner la possibilité aux joueurs de se donner des gifles entre eux, faisant que le jeu dérape bien souvent, et que la coopération en elle-même en pâtisse. Il est en effet possible de marcher sur vos amis pour monter en en hauteur ou de se servir d’eux comme plates-formes vivantes. Bref, du fun à l’état pur.

Même si notre contact avec Rayman Origins fut bref, nous n’en ressortons pas moins totalement séduits par l’univers si particulier et enchanteur du titre de Michel Ancel. Fort d’un gameplay solide, riche et exigeant et d’un univers graphique si magnifique, Rayman Origins nous offre une expérience prenante et dépaysante, qui nous fait rappeler que “les jeux vidéo, c’était mieux avant” !

Notre avis : Excellent.

Commentaires sur "GC 11 : Aperçu de Rayman Origins"



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *